Confiture d’églantier

Les grands bonheurs de la forêt… Ou plutôt dans le cas des églantiers, ses abords. Ca pique oui, c’est un peu laborieux, encore oui, mais … c’est magique et délicieux. Tout ce qui provient des promenades en campagne me procure une joie enfantine. Le plaisir de travailler le produit de mes cueillettes surpasse toutes les autres préparations. Je n’avais pas encore réalisé de confiture d’églantiers et lorsque par chance j’ai trouvé en Haute Marne deux beaux buissons d’églantiers, je n’ai pas résisté à la tentation.

Une paire de ciseaux et une paire de gants sont les bienvenus pour cueillir les précieux fruits.

Ingrédients


Il faut compter environ 1,5 kilos de fruits pour un kilo de pulpe utilisable.
Pour 1 kilo ou 1,2 kilos de pulpe (selon les fruits)  prévoir 400 ou 450 grammes de sucre selon la maturité des fruits.
1 jus de citron

La recette

Les laver, puis retirer les « mouches » (partie noire)  et  les équeuter.

Les mettre dans une casserole, les couvrir d’eau (juste au dessus des fruits), faire cuire une vingtaine de minutes.

Mixer les fruits, mais pas trop ! On ne broie pas les graines, juste on fait une purée. Attendre que cela refroidisse pour la suite.

Pour obtenir la pulpe des églantiers, c’est à dire retirer les graines et très important, les poils qui sont indigestes, voire irritants, après plusieurs essais, j’ai opté pour le collant opaque. Certains font des passages dans la passoire, puis dans une dentelle ou un tamis… J’ai testé et je trouve ça compliqué, alors qu’un simple pied de collant suffit.  Par contre les collants fins ne résistent pas, donc attention, prendre des opaques.

J’ai fixé mon pied de collant sur mon verre doseur, ( tiens j’ai oublié de faire une photo ! ) et je l’ai rempli avec les fruits cuits. A partir de là, il s’agit de presser le collant, de le malaxer et faire couler la pulpe dans un saladier. C’est la partie un peu « patapatouille » de l’opération, mais finalement, cela va plus vite que je ne l’imaginais. Muni d’une maryse, j’ai raclé régulièrement mes doigts couverts de pulpe…

Une fois la pulpe récupérée, dans mon cas 1, 1 kilo, la transférer dans un casserole (une fonte, un confiturier, dans tous les cas, un fond épais) , ajouter le sucre et le citron et mélanger.

Pour la cuisson, j’ai fait monter la température progressivement, et j’ai évité les gros bouillons, par contre je n’ai pas cessé de touiller pour faire sortir l’eau : confire c’est remplacer l’eau par le sucre ! Lorsqu’au passage de la cuillère dans le fond, celui-ci apparait puis disparait, la cuisson est bonne (environ 25 minutes…).

Transférer dans des pots stérilisés en laissant un centimètre d’air entre la confiture et le haut du pot, fermer le couvercle, renverser les pots et laisser refroidir !

Le plein de vitamines !  Car l’églantier c’est le cynhorodon, proposé en alternative des agrumes, bien plus riche en vitamine C.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+ 77 = 83